BD, manga, animation et jeux vidéos : faux amis ou vrais cousins ? [Confèrence Livre Paris 2018]

Chaque média a son propre potentiel et son propre marché, mais depuis quelques années les frontières se brouillent entre la bande dessinée, le manga, le cinéma d’animation et le jeu vidéo.

Chacun empruntant des codes les uns aux autres, comment construit on une narration pour chacun des supports ?

Y’a t’il des clés de compréhension pour chacun des sujets ?

C’est le sujet de cette conférence avec Guillaume Dorison, scénariste sur Versus Fighting Story (Glénat) et Assassin’s creed (Les deux royaumes), Erwan Le Breton, editorial manager chez Ubisoft et Laurent Valiere, auteur de Cinéma d’animation, la french touch (Arte/La Martiniere).

 

Le test de Wooshie – ASSASSIN’S CREED : SYNDICATE, le crime ne paie pas toujours

Avant de commencer à lire ce test, je voudrais mettre les choses au point.

Je suis un fan de la première heure de la saga Assassin’s Creed. Découvert en 2007 avec le premier opus, j’ai depuis, acheté chacun des épisodes, attendant patiemment l’année suivante de pouvoir mettre les mains sur la dernière itération.

Mais années après années, la série a baissé en qualité, au point de sortir en 2014 Assassin’s Creed Unity. Si la version que j’avais pu tester à l’époque à la Paris Games Week m’avait séduite, une fois le jeu sorti, cela avait été la déception. Des bugs à tout va, peu innovant, une IA catastrophique, le jeu m’avait filé une sacrée claque, et une mauvaise.

Assassin's Creed® SyndicateLes assassinats depuis une botte de foin, un classique de la série

Revanchard, Assassin’S Creed : Syndicate a été le premier épisode de la saga auquel je n’ai pas souhaité jouer à sa sortie.

Profitant donc d’une promo sur le PS Store, je me suis donc lancé dans cette aventure prenant place au XIXe siècle.

Car autant la période évoquée lors d’Unity, à savoir la Révolution française, ne me parlait pas plus que ça (ce qui a probablement influencé mon jugement sur le titre, je vous l’accorde), autant, l’époque de l’Angleterre victorienne m’a toujours séduite.

SORTEZ COUVERTS

Assassin's Creed® Syndicate_20161016111802Bienvenue à Londres, son architecture, sa nourriture et son beau temps

L’histoire prend place dans le Londres de 1868. Le joueur incarne Jacob et Evie Fryes, deux jeunes assassins, ayant pour objectif de libérer la capitale de l’Empire britannique des mains des Templiers. Ils se rendront vite compte que tout n’est pas si simple et chaque choix peut avoir de lourdes conséquences.

Première nouveauté donc, puisqu’on nous propose ici d’incarner non pas un mais deux assassins, interchangeables à tout moment en passant par le menu du jeu.

Evie, la sœur, aura pour objectif tout au long de l’histoire de récupérer un fragment d’Eden (un artefact, pour les non-initiés de la série). Elle est présentée comme la plus réfléchie des deux, spécialisée dans la discrétion et la subtilité.

Jacob est tout l’opposé de sa sœur. Sorte de sale môme voulant absolument en découdre, ayant une vision un peu naïve de sa mission. C’est lui qui décide de se rendre à Londres en premier lieu pour éliminer le templier Crawford Starrick qui règne sur tout la ville. Jacob est brutal, cynique et plutôt axé baston.

Assassin's Creed® Syndicate_20161016111200Evie et Jacob Frye, les deux héros de cette aventure

Il vous sera cependant tout à fait possible de développer vos deux héros à votre guise et ainsi de faire de Jacob l’expert en assassinat silencieux et d’Evie la bagarreuse.

En effet, les deux personnages bénéficient du même arbre de compétence réparti en 3 branches : Combat, Discrétion et Ecosystème. Faire une mission avec un personnage fera automatiquement gagner un point de compétence aux deux que chacun pourra à distribuer à sa guise. Spécialiser chacun des jumeaux permettra ainsi d’alterner en fonction des missions proposées afin d’avoir la sensation de changer de gameplay. Mais cela ne reste finalement qu’une sensation. Jouer Jacob ou Evie ne changera pas votre expérience de jeu.

Assassin's Creed® Syndicate_20161016110729Spécialiser vos personnages vous permettra de switcher de l’un à l’autre en fonction de vos besoins

ON PREND LES MEMES ET ON RECOMMENCE

Le gameplay principal n’a fondamentalement pas changé. Londres est répartie en plusieurs zones, qu’il faudra libérer du joug des templiers. Pour cela vous serez aidés des Rooks, un gang créé par Jacob et dont les membres se battrons à vos côtés. Sur simple pression d’une gâchette, vous pourrez recruter jusqu’à 5 membres pour vous accompagner. Assez sympa sur le principe, la feature montre ses faiblesses assez rapidement, la faute à une intelligence artificielle qui laisse quand même à désirer. Si vous êtes passionné d’infiltration, passez votre chemin, les rooks auront tendance à se placer en plein milieu de la mêlée. Pas franchement discret.

Assassin's Creed® Syndicate_20161016112037Les rooks, prêts à en découdre

EN VOITURE SIMONE

Pour parcourir les rues de Londres, vous aurez également possibilité de conduire des calèches ce qui donnera lieu à de très (trop ?) nombreuses courses poursuites. Si la sensation de se sentir dans un GTA sauce victorienne est plutôt sympa sur le papier, en jeu c’est une vraie plaie. Les véhicules répondent mal, les affrontements sont chaotiques, on appuie sur tous les boutons pour espérer obtenir un résultat.

Assassin's Creed® Syndicate_20161016114000Quelle idée de conduire du mauvais côté aussi… Ils sont fous ces anglais

Finalement on préfèrera se balader de toits en toits, bien plus fun et bien plus rapide, surtout à l’aide du grappin. Un peu à la manière de Batman, vous pourrez vous en servir pour vous hisser sur le haut des bâtiments et traverser les grandes étendues grâce à la tyrolienne (les rues de Londres sont bien plus larges que les autres villes présentes dans la saga). C’est, à mon sens, la nouveauté la plus intéressante de cet épisode.

Car pas de nouveauté non plus pour les combats. Un bouton sert à attaquer, un autre à parer, un troisième à briser la garde de l’adversaire et enfin le dernier à utiliser les objets (couteaux, pistolet, bombes avec quelques variantes). Les combats sont assez brouillons, surtout lorsque les rooks se mêlent à la partie.

Assassin's Creed® Syndicate_20161016110954Le grappin rajoute une certaine souplesse au gameplay

LOCOMOTION… CÉRÉBRALE

Car pour le reste, et bien finalement on reste sur du Assassin’s Creed. Les objectifs sont toujours aussi répétitifs. Il faut toujours se synchroniser sur la plus haute tour de la zone ce qui permettra de débloquer les missions annexes, qui permettra de débloquer chaque quartier, puis passer au suivant, etc. Lassant et déjà vu donc.

Graphiquement également, pas de nouveautés. Les effets de lumière nous en mettent plein la vue mais quand on se penche sur les détails, le moteur commence à prendre de l’âge.

La carte est de taille correcte, mais sans plus. Récupérer tous les coffres et faire toutes les missions bonus vous prendra pas mal de temps.

Assassin's Creed® Syndicate_20161016111559La Vision d’Aigle est bien pratique. En rouge les ennemis, en vert les alliés et en bleu la Police

Mais malgré tous ces défauts, et bien je l’aime bien moi, ce Syndicate. Malgré les bugs (toujours présents après une ribambelle de patchs), malgré un gameplay éprouvé, des innovations qui n’en sont pas (le grappin c’est cool, mais faites les Batman Arkham, c’est mieux), malgré des mécaniques de jeux qui n’ont quasiment pas changé depuis le premier opus, Assassin’s Creed Syndicate présente un univers bien à lui. L’époque y joue pour beaucoup, comme je l’avais annoncé au tout début, il s’agit d’une période qui m’intéresse énormément. On notera ainsi en jeu l’apparition des trains, des industries à vapeur, de l’électricité, des grands écrivains et inventeurs qui ont marqué les prémices de notre civilisation actuelle. Comme d’habitude dans la licence d’Ubisoft, on aura le droit à notre lot de personnalités. On rencontrera ainsi Karl Marx, Alexander Graham Bell ou encore Charles Dickens (je n’irai pas plus loin pour éviter tout spoil).

Assassin's Creed® Syndicate_20161016111206Vous ferez de bien belles rencontres lors de cette aventure

VOUS EN REPRENDREZ BIEN MA P’TITE DAME ?

Pour résumer, je dirais que Syndicate n’est pas un mauvais jeu en soi. Il présente un monde ouvert assez fluide (même si on constatera quelques ralentissements, notamment lors des courses poursuites). L’action prend place dans une époque ouvrant de multiples possibilités, l’histoire est intéressante, les personnages, bien que stéréotypés sont sympathiques, la direction artistique est soignée, etc. Bref, il ne manque pas de qualités mais la licence a aujourd’hui bien besoin de se reposer.

Ubisoft l’a compris en ne proposant pas un nouvel épisode en 2016. Reste à voir si cette pause sera réellement profitable.

La note de Wooshie :

3/5

J’ai aimé :

Je n’ai pas aimé :

  • L’époque

  • La direction artistique

  • Deux héros

  • Le grappin

  • Le manque de prise de risques

  • La répétitivité

  • Les courses poursuites

  • Les bugs encore trop présents

  • Aucune différence de gameplay entre les deux assassins

[Test] Assassin’s Creed 3

——————————–

Éditeur : Ubisoft
Développeur: Ubisoft Montreal
Sortie : 31 octobre 2012
Plateforme : PC, Xbox 360, PS3

——————————–

Le voilà enfin. Cinq ans après la sortie du premier opus, nous voici enfin avec le dernier épisode de la trilogie Desmond. Fini donc les interminables (mais non moins excellentes) aventures d’Ezio Auditore. Place aujourd’hui à un tout nouveau héros, Connor Kenway, qui aura la lourde tâche de nous faire oublier ses deux ancêtres.

L’aventure débute en Angleterre, à l’Opéra, dans la peau d’un certain Haytham dont on ne sait pas grand chose. Notre long périple avec lui nous emmènera jusqu’au nouveau monde à travers un voyage en bateau mémorable. Cette traversée sera l’occasion de nous montrer les différents mécanismes du jeu et de se refamiliariser avec les commandes mais aussi de montrer l’effort voulu pour rendre un monde vivant et attractif. Sur le pont, les hommes vomissent, les rats courent en évitant de se faire écraser par quelque marin un peu éméché. Et l’arrivée à Boston n’est pas en reste. Nous découvrons une ville vivante et extrêmement immersive. Tout fourmille de détails et on peut voir au détour d’une ruelle un voleur attraper la bourse d’un passant et s’enfuir ou bien encore des soldats anglais s’en prenant à un commerçant par pur sadisme. Le tout est bluffant.

Ce long prologue introduira le contexte et notre Connor ne débutera l’entrainement d’assassin et ne vêtira la fameuse tenue qu’à partir de la séquence 5 sur une douzaine disponible. Cette phase nous permettra de découvrir le nouveau système de chasse. Nous apprendrons tout sur cet art et les différentes manières de le pratiquer car tuer au fusil n’aura pas le même impact qu’une simple flèche. En effet, tout comme le deuxième épisode, Assassin’s Creed 3 nous proposera de gérer notre propre domaine et de le faire prospérer en devenant un véritable chef d’entreprise. Chasser nous permettra donc de récupérer peaux et viandes afin de les vendre au plus offrant. Mais attention à ne pas mettre votre convoi en danger car à tout moment celui-ci pourra être attaqué. A vous alors de partir en forêt pour protéger votre gagne pain.

Et parlons en de cette forêt. Car outre Boston et New-York, les deux villes principales, c’est probablement à la Frontière que vous passerez le plus de temps. Cette zone est remplie de détails et on peut y courir pendant des heures sans jamais faire la même chose. Que ce soit des parties de chasse, des embuscades ou de la simple découverte, tout est un vrai régal tant l’ambiance y est maitrisée.

Car les p’tits gars de Montréal ont vraiment fait un excellent travail pour améliorer la fluidité de notre jeune Mohawk. Connor esquive les arbres en face de lui d’un simple mouvement de main, saute à travers les branches ou bien vagabonde péniblement dans la neige, que ce soit à pied ou à cheval. Et ce n’est pas les nombreuses quêtes annexes qui brideront l’exploration.

En effet, outre les missions de récupération de plumes, les infiltrations ou des missions de domaine permettant de recruter de nombreux artisans pour améliorer nos terres, Ubisoft nous propose pour cet opus une grosse nouveauté dans la série: la bataille navale. Ce tout nouveau mode ayant sa propre histoire nous permets de prendre le contrôle d’un navire . Le le tout est très bien mis en scène et très complet. Il faut ainsi vérifier le sens du vent, gérer sa voilure pour bien se positionner et faire parler la poudre à canon. Les environnements maritimes sont extrêmement dynamique et on peut se retrouver en bord de côte à esquiver les rochers sous un beau soleil tout comme nous pouvons nous retrouver en pleine tempête à éviter les boulets d’un fort au loin. Un véritable jeu à part entière qui nous fera passer de très longs moments scotché à notre écran.

Autre nouveauté également, la refonte du système de combat. Fini le fameux syndrome « Assassin’s Creed ». Avec cette nouvelle mouture, les adversaires sont plus menaçants et n’hésiteront pas à vous attaquer dans le dos. Connor aura ainsi à sa disposition divers mouvements. Il aura ainsi la possibilité de se servir d’un bouclier humain lorsqu’il est en joue ou bien de pendre ses ennemis avec une flèche à corde. Les combinaisons de combat sont nombreuses et malgré sa simplicité, il faut toujours faire attention au timing pour parer les attaques.

Et ce gameplay est au service d’une histoire passionnante. On y découvre un Connor bien différent des deux héros précédents. Bien plus brutal qu’Ezio, bien plus incertain, le personnage est très bien travaillé. De part son jeune âge il a une vision simpliste d’un monde qui évolue à grande vitesse. Il se rendra bien vite compte que tout n’est pas blanc ou noir. Dans tous les cas, le scénario est passionnant et mis en scène à la manière d’un grand film d’aventure. Les doublages sont aussi très bon bien que la version anglaise soit un poil meilleure.

Mais après tout, le héros de cette première trilogie est bien Desmond Miles. Notre petit barman du premier épisode a pris en assurance et se voit bénéficier pour ce troisième épisode de beaucoup plus de scènes propres. Les mécaniques sont les mêmes, Desmond délaisse juste les arbres et au profit d’échafaudages en ferraille. L’aventure nous amènera aux quatres coins du globe à rechercher d’autres sources d’énergies afin de déverrouiller un temple et de sauver le monde d’une catastrophe. La fin cependant risque de frustrer quelques uns, Ubisoft ne nous ayant jamais caché le fait de vouloir faire persévérer une licence aussi juteuse…

 

Assassin’s Creed 3 propose un contenu énorme, une histoire extrêmement prenante qui nécessitera au bas mot 20 à 25 heures pour être terminée en ligne droite, mais aussi un gameplay remanié ainsi qu’un multijoueur très bien maitrisé. Les quelques bugs graphiques, le clipping toujours bien présent ou bien le retard d’affichage de certaines textures ne permettent pas de nuire à l’expérience tant le tout est bien maitrisé. Nous tenons probablement là l’épisode le plus abouti de la série. Un incontournable.

 

NOTE :

PS: ce test a été effectué sur la version PS3. La version PC est sensiblement la même mais nécessitera un matériel assez puissant afin de faire tourner le jeu avec des graphismes un peu plus fins que ses homologues sur console.


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

Follow Me on Pinterest


Récap’ photos Paris Games Week 2012

 

 

En attendant la petite vidéo, voici un récap’ en images de l’avant première PGW qui s’est déroulée mardi 29 octobre. Au programme : petits fours, boissons, stand éditeur, mascotte, bornes de test des jeux les plus attendus et bien sûr les jolies « babes » du salon ^_^

 

 

 

 

La galerie d’images :

 


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

 

Manga.tv au Festival du Jeu Video

Manga.Tv était au Festival du Jeu Vidéo pour vous montrer les nouveaux Jeux Vidéos et pour vous faire part de nos tests et de nos attentes par rapport à ces jeux.
Nous avons testé presque tout les jeux qui s’y trouvaient, et des interviews des professionnels, des producteurs des jeux sont la pour vous faire saliver.
Vous retrouverez dans les reportages :
-Call Of Duty – Modern Warfare 2
-Un présentation complète de Bakugan
-Dj Hero et son test
-Frederic Mitterand jouant à Guitar Hero
-Une présentation complète de Dofus2.0
-Bayonnetta
-Mario et Sonic aux jeux olympiques d’hiver
-Le musée Sega
-Des images de Redsteel 2
-La table de Ruse
-Les animateurs ont testé pour vous Just dance!
-Une présentation des Lapins Crétins-La grosse aventure
-Un compte rendu des jeux de EA-Games
-Presentation de Brutal Legend
-Professeur Layton et la boite de Pandore
-Kingdom Hearts 333/8 Days
-Pokemon donjon-Explorateur du ciel
-Kirby Super Star
-Dead Space extraction
-Des images de Eye Pet
-Heavy Rain
-Ratchet and Clank
-Little Big Planet PSP
-Une interview de Chrisophe Balestra – Producteur Executif d’Uncharted 2
-Et bien sur le festival en Image!

Présenté par Sam, Eddy, Julien et Flavien (aussi à la caméra)