Interview d’ Eiichiro Oda, Numéro 4

 

Après la première interview, la deuxième interview  et la troisième interview d’Eiichiro Oda voici le quatrième et dernier entretien de l’auteur de One Piece, issu du journal Nikkan ONE PIECE Shinbun (週刊ONE PIECE新聞).

 

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-4-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit cover

© 2012,Nikkan Sports News

 

Pour vous remettre dans le contexte : depuis le 22 novembre 2012 est publié chaque semaine le journal Nikkan ONE PIECE Shinbun (週刊ONE PIECE新聞, à l’initiative de Nikkan Sports). Pendant 1 mois, ce journal spécial One Piece a proposé 28 pages couleurs regroupant actualités, informations exclusives ou encore des interviews des acteurs phares de la série de manga la plus vendue au monde.

Gomu Gomu no… quatrième et dernière interview :

 

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-4-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit page 2

© 2012,Nikkan Sports News

 

PREMIERE PARTIE – INTERVIEW D’EIICHIRO ODA, NUMERO 4 (page 2)

– Voici quelques images de votre lieu de travail, pouvez-vous un peu nous expliquer ?

– Oh la la ! C’est le bordel !

– Il y a beaucoup de figurines, vous les utilisez pour quelque chose ou c’est pour décorer ?

– Euh… non, c’est juste pour décorer. D’habitude il n’y a que le bureau qui est éclairé. Tout le reste est dans le noir, on n’y voit rien du tout ! J’en avais même oublié qu’il y avait des figurines en fait ! J’ai beaucoup de mal à me concentrer, si je vois quelque chose qui m’intéresse, je vais vouloir le toucher. Alors je ferme aussi les rideaux et c’est le noir complet. Honnêtement, je crois que j’ai réussi à créer une pièce où l’on ne sait même plus s’il fait jour ou nuit. Là, vous avez même ma boîte de mouchoirs en forme de Lego. J’aime aussi boire du café et du Coca sur mon lieu de travail.

– Vous aimez le Coca ? On dirait Franky. Est-ce que c’est parce que vous aimez ça que ça apparaît dans le manga ?

– Tout à fait ! Ce que je n’aime pas n’apparaît pas souvent…

– On ne voit pas beaucoup de trucs utiles, vous ne trouvez pas ?

– Non, mais c’est drôle à regarder, non ? Tout est entouré de choses que j’aime, les figurines d’animaux et autre…

– Vous avez l’air de beaucoup aimer les animaux. Il paraît que vous avez même une peluche grandeur nature d’une girafe dans votre atelier ?

– J’adore dessiner les animaux. Mais je n’aime pas m’en occuper. Ma girafe est une peluche, ça me plait qu’elle ne bouge pas, et j’aime ne pas avoir à lui donner à manger. Je ne suis pas vraiment du genre… à m’occuper des autres (rires).

 

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-4-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit page 3

 

 

 

DEUXIEME PARTIE – INTERVIEW D’EIICHIRO ODA, NUMERO 4 (page 3)

Votre plus grand trésor enfoui ici, c’est… ?

– Un trésor… Je ne suis pas vraiment du genre matérialiste. Si un jour, tout venait à brûler, ça ne m’embêterait pas plus que ça… Je crois que je m’enfuirai avec mes croquis, c’est tout (rires) ! Mais sinon, non, je n’ai pas d’objet fétiche, pas de trésor.

– Il y a beaucoup de marques sur votre bureau, on se croirait au lendemain d’une grande guerre.

– Ce sont des essais de dessin.

– Pendant que nous avions une longue discussion avec vos éditeurs, on entendait en bruit de fond des « pchh pchh pchh », des « tactactactac » et des « shuu shuu shuu », qu’est-ce que vous étiez en train de faire ?

– Ce sont les bruits de mon crayon. C’est inconscient, pardon… Par habitude je fais ce genre de bruit et le crayon n’arrête pas d’en faire. Quand vous aviez eu cette discussion, j’ai eu un gros problème. Je devais tenir mon téléphone d’une main et dessiner de l’autre. Avant j’allais rencontrer mon éditeur directement, mais j’oubliais de rentrer chez moi. J’aimais bien y aller, mais depuis que je suis marié, je veux passer plus de temps à la maison,  mais j’avais l’impression que même en étant à la maison avec la famille je ne les verrais pas. Au final, je mets un peu de côté ma famille, mais je pense à prendre un peu de temps pour les appeler, bien que mon voisin me surveille quand je reste trop longtemps au téléphone (rires) ! Comme je sais que je suis surveillé quand je téléphone, je laisse des blancs. Vraiment, pour moi le téléphone signifie être surveillé… Je me rends compte que j’ai vraiment de plus en plus de mal à me concentrer par rapport à avant, donc c’est plus moi qui devrais me forcer à mieux surveiller (rires) ! Quand j’ai de longues conversations, c’est plutôt genre, pas très intéressant ou en lien avec une grande réunion. Mais il y a aussi beaucoup de papotage (rires) ! On se dit des phrases comme « allez, raconte-moi un truc intéressant qui s’est passé à la rédaction ! » et on me répond « ben, on a fait un voyage de cohésion… » (rires). J’aime bien les conversations rigolotes. J’aime beaucoup rire aussi… Les mangas sont faits pour rires, il est interdit aux héros de dire « bon allez, on devient sérieux maintenant ! ».  Et on a pas le droit de changer cet humour du manga. On est tous libres de voir le monde comme on le veut et moi je ne veux pas lui donner un sens trop sérieux.

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-4-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit page 4

© 2012,Nikkan Sports News

 

TROISIEME PARTIE – INTERVIEW D’ EIICHIRO ODA, NUMERO 4 (page 4)

– Il paraît qu’il n’y a pas de message dans votre œuvre, pourtant les mots employés par Luffy et ses compagnons sont ressentis comme un message fort, car ils nous touchent intensément au fond de nous.

– Et bien, à la base, ce n’est pas volontaire. Je pense que quand on passe un message, il naît forcément un sentiment de responsabilité. Je reçois des courriers de lecteurs qui disent avoir appris une leçon en lisant les répliques ou à travers la situation de tel personnage. La façon dont elles sont ressenties dépend de chacun, donc si je disais que telle réplique doit porter tel message, je ne pourrais certainement pas accepter ce genre de courrier. On nous dit toujours : « Il faut réagir comme ça ». Mais une réplique peut entraîner différentes réactions. Mon professeur m’a dit un jour : « Les manga sont des marchandises. Une fois distribués, ils appartiennent au lecteur ». Je pense que ce serait une erreur d’imposer par moi-même l’interprétation de leur contenu. Je n’ai donc pas voulu insérer de message, car je souhaite que mes lecteurs soient libres. En plus, je n’ai jamais été confronté à ce genre de message alors je ne sais pas bien quelles peuvent être leurs influences.

– D’où viennent les répliques percutantes, telles que le « Merci pour tout » [traduction de Glénat, Tome 8, Page 121, en VO « くそお世話になりました ! » (kusou sewa ni narimashita !)] de Sanji ?

– Elles sont simplement venues en même temps que les personnages. Sanji dit « kuso, kuso » [« merde, fais chier »] depuis le début, donc je me suis longtemps torturé l’esprit pour placer ce mot dans la phrase : « くそお世話になりました » ? « お世話にくそなりました « ? Lequel sonne mieux à l’oreille ? C’est comme ça que ça s’est fait. Je me suis dit que je devais placer un « kuso », sinon ce n’était pas digne de Sanji. (rires) C’est aussi simple que ça. (Ndt : Sanji est français et donc, il se doit de jurer selon l’auteur)

– Vous avez dit que peu vous importe d’arrêter de dessiner One Piece qui est votre première longue série. Qu’avez-vous voulu dire ?

C’est probablement dans le sens que c’est ma dernière longue série. Je me dis qu’une fois terminée, je n’aurais jamais la force d’en faire une autre. C’est pour ça que je pense que ce sera la dernière. Je me demande si je pourrais assumer la responsabilité de faire quelque chose d’autre dans un dernier effort. (rires)

– Imaginiez-vous que la série durerait aussi longtemps ?

Pas du tout (rires). Je pensais qu’elle se terminerait bien plus vite… Pas pour des raisons de popularité, mais parce que j’avais prévu de conclure l’histoire. Et ça, ce n’est pas une bonne chose. Dans un sens, ça porte peut-être atteinte à l’histoire d’origine. Il faut dire que lorsque j’ai démarré, je n’avais pas la moindre idée du rapport entre l’histoire qu’on raconte et le nombre d’années que ça peut prendre.

– D’après vos précédents responsables éditoriaux, la révélation du dénouement s’apparente à un vrai « rite de passage », on dirait.

– Parce que s’ils ne l’apprennent pas, on ne peut plus discuter de rien.

– D’après Teruyuki Kagawa, qui interprète le rôle de Binz [dans One Piece Film Z], l’histoire en est à peu près à la moitié.

– Je pense qu’on a déjà dépassé la moitié (rires). Oui voilà ! Parce qu’on dit que c’est la moitié depuis au moins deux ans. On doit en être à 60%.

– Il faut dire que peu à peu, les choses que vous avez envie de dessiner, les différentes îles et tout ce genre de choses se multiplient.

– Dorénavant, j’essaye au maximum de restreindre, re-restreindre et re-re-restreindre toutes ces choses et de me diriger vers une conclusion. Mais si j’épuisais trop vite toutes les îles que j’ai envie de dessiner, je ne pourrais plus finir non plus, donc il me faut rassembler ces éléments et ne garder que le meilleur. Je ne sais pas encore si j’y arriverai, c’est ma problématique actuelle

– Lorsque One Piece sera terminé, est-ce qu’il y a des choses que vous avez envie de faire ?

– Je voudrais voyager.

– Il n’y a pas d’autre projet sur lequel vous auriez envie de travailler ?

– J’aurai certainement des idées lorsque ça s’arrêtera, mais comme ce n’est pas encore le cas, pour le moment, je n’en sais rien.

– Qu’est-ce que vous pensez du magazine hebdomadaire de One Piece ?

– Il est super. À ce propos, ces derniers temps, on a tendance à perdre des lecteurs à cause d’internet. Alors, prendre le risque de faire ce journal, ça me plait. Je préfère ces pirates-là (rires).

– Avez-vous un message à faire passer aux fans qui verront votre tout dernier film « One Piece Film Z » ?

– Allez voir le film, reposez-vous et détendez-vous, profitez de la vie !!

– Merci beaucoup !

 


Un TRES grand merci à Julia, Claire et Anaïs de BLACK STUDIO pour toutes leurs traductions qui ont permis aux lecteurs français de découvrir les dires de notre cher Eiichiro Oda dans ces 4 entretiens captivants, émouvants et poignants !

 

Lire la première interview d’Eiichiro Oda issue du journal One Piece numéro 1

Lire la deuxième interview d’Eiichiro Oda issue du journal One Piece numéro 2

Lire la troisième interview d’Eiichiro Oda issue du journal One Piece numéro 3

Plus d’informations sur One Piece film Z 

 

Et en bonus quelques images du journal One Piece numéro 4, cliquez pour agrandir :

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-4-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit page 2 pub bonus
© 2012,Nikkan Sports News

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-4-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit poster bonus

© 2012,Nikkan Sports News


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

Follow Me on Pinterest


Interview d’ Eiichiro Oda, Numéro 3

 

Après la première interview et la deuxième interview d’Eiichiro Oda voici l’avant-dernier entretien de l’auteur de One Piece, issu du journal Nikkan ONE PIECE Shinbun (週刊ONE PIECE新聞).

 

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-3-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit cover

© 2012,Nikkan Sports News

 

Pour vous remettre dans le contexte : depuis le 22 novembre dernier est publié chaque semaine le journal Nikkan ONE PIECE Shinbun (週刊ONE PIECE新聞, à l’initiative de Nikkan Sports). Pendant 1 mois, ce journal spécial One Piece a proposé 28 pages couleurs regroupant actualités, informations exclusives ou encore des interviews des acteurs phares de la série de manga la plus vendue au monde.

Gomu Gomu no… troisième interview :

 

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-3-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit page 2

© 2012,Nikkan Sports News

 

PREMIERE PARTIE – INTERVIEW D’EIICHIRO ODA, NUMERO 3 (page 2)

– Dans une interview au moment de la sortie officielle de « Strong World » en 2009, vous aviez dit que vous considériez l’animé comme un rival.

– Noboru Koizumi, le character-designer dessine un Chopper super adorable. C’est la doubleuse Ikue Ôtani qui interprète le personnage. Il est à croquer, non ? On a commencé à me dire que l’animé était plus mignon que l’œuvre originale. Ça m’a embêté !! J’ai horreur des mascottes, alors j’essaye de limiter cet effet ! Mais l’animé ayant déjà pris ce cap, je me suis dit que je n’avais pas le choix, et j’ai levé l’embargo des mascottes ! J’ai fait en sorte de rendre le dessin de plus en plus mignon. Je déteste ça, moi, les personnages qui flattent les lecteurs. Mais bon, finalement, il n’était pas question de s’orienter vers un style « petites histoires de Chopper » ou encore vers un Zorro qui fait rêver, donc ça ne m’a pas dérangé de fléchir un petit peu.

À présent, vous avez toujours le sentiment que l’animé est votre rival ?

– Oui. C’est le cas, mais c’est également un solide allié dans de nombreuses situations. Par rapport au manga d’origine, l’animé permet d’éclairer des points qui n’avaient pas été suffisamment traités, de montrer les choses de façon plus simple… D’un côté, je me dis que c’est une bonne chose, mais de l’autre, ça me fait aussi mal au cœur. Mais au final, l’animé qui parvient à faire ce que moi, je n’avais pas réussi à faire, constitue une grande stimulation pour m’améliorer.

– Mayumi Tanaka, qui interprète le rôle de Luffy a dit : « Oda dessine certainement en s’inspirant de nos voix. »

Ha ha ha ha… Bien sûr, évidemment ! (rires) C’est vrai. Quand je dessine Luffy, je n’entends que la voix de Mayumi. C’est exactement ça. Je ne sais pas pourquoi, mais ils sont vraiment comme les personnages. Je ne sais pas s’il y eut un phénomène d’adaptation d’un côté ou de l’autre ou bien si c’est un hasard complet, mais les doubleurs et leurs personnages ne font qu’un. Mayumi ressemble vraiment à Luffy. Et Hiroaki Hirata ressemble vraiment à Sanji. Il a aussi la classe même quand il se tait ! Et ce n’est qu’un exemple. Kazuya Nakai est également de plus en plus doué comme Zoro… Les doubleurs et les personnages se confondent parfaitement. (rires)

– Hirata nous a demandé de vous confier son souhait que Sanji redevienne aussi classe qu’autrefois.

– Dans, ce cas, il va falloir qu’il change, lui aussi. (rires)

– Selon lui, le point fort de Sanji était de partir d’une blague pour devenir sérieux tandis que dorénavant, c’était plus souvent l’inverse. Qu’en pensez-vous ?

– Je viens de dire qu’il fallait qu’il change ! (rires) Ah là là, c’est un personnage très apprécié, ce Sanji, hein… Bon, je vais voir ce que je peux faire, dans le manga. (rires)

– Cette année, ça fera 15 ans que One Piece existe. Le film et l’exposition se sont succédés cette année, pouvez-vous nous récapituler tout ça ?

– Pfiuuh… Tout est allé si vite. J’ai l’impression que les fêtes de fin d’année 2011 viennent à peine de passer. C’est comme si une année s’était écoulée en un instant. C’était à la fois super riche, mais j’ai le sentiment de ne me souvenir de rien. Oui, je serais incapable de dire exactement ce qu’il s’est passé mois par mois.

– L’exposition a attiré des foules de fans, qui ont été émus jusqu’aux larmes de pouvoir profiter des planches originales du manga, c’était très impressionnant.

– Vraiment ? Ça me donne envie de pleurer à mon tour…

– En voyant toutes vos planches exposées, certains nous ont confié leur envie de devenir mangaka de shônen. Comment expliquez-vous un tel engouement ?

– Pour moi qui ai toujours visé les parutions dans les magazines de shônen, ça me semble une évidence. Je sais que de nombreux adultes me lisent, mais si on ne cible son dessin que pour un public adulte, on exclut d’emblée les enfants. J’ai toujours eu conscience que lorsque les lecteurs adultes finissent par se lasser, le lectorat enfantin reprend toujours le flambeau, c’est cyclique. Si je ne m’étais adressé qu’aux adultes, je n’aurais fait que me fermer des portes. Pour viser la durée, il faut toujours s’adresser à la jeunesse. C’est ça, mon boulot.

– Qu’est-ce qui vous fascine dans le shônen-manga ?

– C’est cette excitation que je ressentais en étant enfant, le fait d’attendre impatiemment la sortie du Shônen Jump, chaque semaine. De l’acheter et d’avoir tellement hâte de le lire que je le terminais déjà avant d’arriver à la maison. Enfin ça… ça n’a pas tellement changé… Ça n’a pas de prix de faire un métier comme celui-ci où l’on peut divertir les gens. Le plus important pour moi, c’est que les enfants puissent se trouver des amis grâce à moi. C’est pour ça que je souhaite être lu par le plus grand nombre de personnes possible. Afin de relier tous les enfants. C’est ça la vraie force du Shônen Jump ! Quand je pense au nombre d’amitiés qui ont pu naître grâce à ça, je me dis qu’il joue un rôle véritablement important pour les relations sociales des enfants. C’est pour cela que les thèmes des œuvres ne sont pas engagés, mais rassemblent les enfants autour de joies communes. Et vendre un magazine qui porte cette ferveur collective, c’est inestimable.

– Que vous êtes-vous imposé afin de poursuivre votre carrière le plus longtemps possible ?

– De toujours m’adresser aux enfants. On m’a dit de m’adresser davantage aux adultes, de proposer des histoires d’amour pour le public féminin, mais ça ne serait plus du shônen. N’écouter que les opinions des jeunes sans avoir besoin de suivre les autres échos. De toute façon à partir du moment où on fait plaisir aux jeunes, on renonce à faire plaisir aux vieux. (rires)
interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-3-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit page 4

© 2012,Nikkan Sports News

 

DEUXIEME PARTIE – INTERVIEW D’ EIICHIRO ODA, NUMERO 3 (page 4)

 – Pourquoi êtes-vous devenu mangaka ?

– Mwouahah (rires). Pour commencer, j’aime dessiner. Ensuite, j’admirais les adultes qui savent dessiner, tout comme j’admirais les adultes qui dessinent des supers mangas, je me suis donc tourné vers le « jump » qui possède des lecteurs dans tout le pays, et puis j’admire un certain Akira Toriyama, alors je me suis dit, pourquoi pas moi ? Tout simplement, je pense que j’étais un gamin avec ce genre de tempérament. Les enfants aussi ont leur caractère, quand ils voient un spectacle de magie il y’en a qui pensent « Ouah ! Trop bien ! », pendant que d’autres penseront « Moi aussi je veux le faire ! ». Moi j’étais dans la deuxième catégorie.

– Ne faut-il pas un talent, ou au moins une certaine capacité à savoir dessiner, quand même ? Parce que ceux qui ne sont pas doués n’y arriveront pas.

– Les gens pas doués, ça n’existe pas. Si on a vraiment envie de dessiner, ça donnera forcément quelque chose. Même quelqu’un de nul en dessin, s’il s’entraine pendant un mois sérieusement, il deviendra de plus en plus doué. Vous savez… Je dis ça, mais ça dépend vraiment de la passion qu’on porte en soi. Les enfants qui veulent vraiment y arriver, ils y arriveront.

– Vous disiez vouloir devenir Akira Toriyama, vous l’êtes plus ou moins devenu, non ?

– Jamais de la vie (rires) ! Je me trouve déjà chanceux de vivre à la même époque que lui !

– À quel moment vous vous êtes dit que vous alliez devenir mangaka professionnel ?

– Je ne saurais pas trop le dire, je dis que je veux faire ça depuis que j’ai 4 ans. Depuis le moment où j’ai su que mangaka était un métier. Ça m’avait d’ailleurs surpris ça, des adultes qui s’amusent. Parce que quand on est enfant, dessiner c’est juste pour s’amuser, pas vrai ? Chez moi, mes parents partaient tous les matins dans leur entreprise, ils y travaillaient et rentraient. Alors quand j’ai su que des adultes étaient mangakas et restaient tout le temps chez eux… comment faire pour ne pas vouloir devenir ça ? (rires) Le hasard, c’est quelque chose qu’on ne peut faire plier, si ?

– Mais la réalité était plus dure que ça, n’est-ce pas ?

– Oui, mais j’aime mon travail donc ça va ! (rires)

– Pourquoi avoir dessiné sur le thème des pirates ?

– C’était une autre passion de mon enfance, c’était quand je regardais « Vic le Viking »* que j’ai appris que les pirates existaient. J’ai toujours eu l’impression que partir en mer, ça avait l’air marrant. Je n’ai aucun mauvais souvenir de la mer. Comme j’ai été élevé à la montagne à capturer des scarabées, j’étais plein d’espoir et de rêves quand on me parlait de la mer. J’étais persuadé qu’il y avait encore des pirates ! Sûrement parce que je les adorais quand j’étais petit. Alors que c’est du passé, pas vrai ? Ils appartenaient à l’Histoire, ce n’était pas des extra-terrestres. Je crois que ce qui me plaisait le plus c’était qu’ils ne gagnaient pas à chaque fois. C’est bizarre qu’il n’y en ait pas eu avant dans le « jump » des histoires de pirates. Parce que les pirates ne tiennent pas en place comme l’énonce le titre du magazine. J’étais obligé d’en dessiner, du coup ! (rires) C’est à cause de cet étrange magazine que j’ai voulu tenté ma chance…

– Vous aimez beaucoup les films, à commencer par le traditionnel « Jirochô Sangokushi » ou encore « Ninkyo ». Quelles ont été vos influences ?

J’adore les films. J’aimerais en voir plus. Et je pense avoir été énormément influencé. Tellement que je n’ose même pas compter les références que j’ai faites, je ne saurais pas dire lesquelles ni où elles sont. Par exemple, j’ai beaucoup dessiné sur la loyauté tirée de « Ninkyo ». Je pense que je n’en étais même pas conscient physiquement ou moralement. Je ne dis pas que certaines de mes répliques me vienne de ces influences, mais, ce genre de sentiment me touche tellement, que je me voyais mal ne pas les intégrer.
* NDT : Série télévisée d’animation en co-production autrichienne-allemande-japonaise en 78 épisodes de 22 minutes, créée par Runer Jonsson et produite par les studios Nippon Animation, Taurus et Zuiyô Eizô entre le 3 avril 1974 et le 24 septembre 1975 sur Fuji Television.


Un grand merci à Julia et Anaïs de BLACK STUDIO pour la traduction !

 

Lire la première interview d’Eiichiro Oda issue du journal One Piece numéro 1

Lire la deuxième interview d’Eiichiro Oda issue du journal One Piece numéro 2

Lire la troisième interview d’Eiichiro Oda issue du journal One Piece numéro 4

Plus d’informations sur One Piece film Z 

 

Et en bonus quelques images du journal One Piece numéro 3 :

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-3-bonus-sketch-croquis-esquisse-shasei-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit
© 2012,Nikkan Sports News

interview-Eiichiro-Oda-One-Piece-film-Z-nikkan-sports-numero-3-bonus-sign-dedicace-luffy-anime-online-streaming-manga-tv-legal-gratuit

© 2012,Nikkan Sports News


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

Follow Me on Pinterest


Cosplay du jour à deviner

 

Pour ce dernier cosplay de l’année, après la jolie version féminine de Luffy, en voici une autre tout aussi appréciable ! Le cuisinier de l’équipage devenu cuisinière est pour le moins … appétissante !

cosplay sanji one piece female hot sexy girl by nekosrocks anime online streaming manga tv legal gratuit 1

cosplay sanji one piece female hot sexy girl by nekosrocks anime online streaming manga tv legal gratuit 2

cosplay sanji one piece female hot sexy girl by nekosrocks anime online streaming manga tv legal gratuit 3

cosplay sanji zoro one piece female hot sexy girl by nekosrocks anime online streaming manga tv legal gratuit 1

 

[learn_more caption= »Qu’est-ce que le cosplay ? »]

Qu’est-ce que le cosplay ?
Le cosplay est un terme composé des mots anglais « costume » et « playing »/ Le cosplay consiste à jouer le rôle de ses personnages (héros de mangas, d’animation japonaise, de films, de jeux vidéo ou encore de comics) en imitant leur costume et d’une manière générale leur apparence entière ainsi que leur personnalité, leur caractère pour jouer d’une manière déterminante le personnage. On appelle les pratiquants « des cosplayers ». Le terme costumade a été proposé par l’Office québécois de la langue française en février 2010 pour traduire cosplay (« activité consistant à se costumer en personnage de fiction… »). Mais, en France, la définition officielle de ce mot publiée, en octobre 2011, par l’Académie française concerne uniquement le rassemblement occasionné par cette activité1. Les termes costumadier et costumédien ont aussi été proposés par l’OQLF comme équivalents français de cosplayer au cours du même mois.

Très courante au Japon, cette pratique n’est pas rare aux États-Unis ou en Europe lors des conventions et autres festivals de mangas comme Japan Expo ou Paris Manga. Il semble que cette pratique soit née aux États-Unis, créée originellement par les fans de Star Trek puis de Star Wars qui se costumaient en personnage pour la sortie des films. Le phénomène a connu une très grande expansion au Japon, pays qui organise désormais un évènement international, à savoir le « World Cosplay Summit » à l’initiative de Aichi Television Broadcasting.

[/learn_more]

Source : nekosrocks


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

Follow Me on Pinterest


Le jeu du week-end

 

Le jeu du week-end est simple : trouver le nom de ces magnifiques personnages féminins réunies dans cette image. La plupart sont issues d’animes au succès incontournable, d’autres seront connus des vrais amateurs 🙂 À vous de jouer avec les Shonen Jump Girls !

Pour vous aider voici la liste des personnages présents sur cette image (cliquez sur la barre pour faire apparaître la liste) :

 

[learn_more caption= »Liste des personnages »]

Aida Riko de Kuroko’s Basket (Kuroko no Basket)

Akimoto Katherine de Reiko Kochira Katsushika-ku Kameari Kouen-mae Hashutsujo

Amamiya Sakurako de Psyren

Aoi Hana de Oumagadoki Doubutsuen

Asaki Chika de Shonen Shikku

Azuki Miho de Bakuman

Haruno Sakura de Naruto

Hasuno Nene de SWOT

Inoue Orihime de Bleach

Kaburagi Maya de Hokenshitsu no Shinigami

Kagura de Gintama

Kunieda Aoi de Beelzebub

Kurokami Medaka de Medaka Box

Nami de One Piece

Onizuka Hime de Sket Dance

Rin de Toriko

Sasagawa Kyoko de Katekyo Hitman Reborn!

Shino de Metalica Metaluca

Yamada Tamako de Inumaru Dashitsu

Yuki Onna de Nura : Le Seigneur des Yôkai (Nurarihyon no Mago)

[/learn_more]

sexy anime manga characters girls game recognize anime online streaming manga tv legal gratuit

 

La réponse complète la semaine prochaine !

 


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

Follow Me on Pinterest


RIP Vogue Merry / Going Merry

 

Rest In Peace, Vogue Merry !

Une jolie version or pour la célèbre caravelle de l’équipage de chapeau de paille ! Vogue Merry ou Going Merry dans la VO n’était pas un simple navire, il possédé une âme !

 

one piece vogue merry boat bateau or gold anime online streaming manga tv legal gratuit

[learn_more caption= »L’histoire du Voge Merry / Going Merry »]

Le Vogue Merry a été construit par Merry, le domestique de Mlle Kaya. Il est offert à Luffy, Zoro, Nami et Usopp, après leurs efforts menés pour vaincre le Capitaine Crow. Ce bateau est habité par une âme, un klabautermann, qui aide les coéquipiers à ne pas se dissoudre… Après les événements qui se sont déroulés à Enies Lobby, il atteint ses limites et Luffy lui fait l’hommage de funérailles viking très émouvantes en le brûlant.

Usopp est le seul à avoir vu et entendu l’âme du Vogue Merry, pour la première fois, lorsqu’il était à Skypiea. Les mots qu’il a entendu sont « Ne vous inquiétez pas. Je vais vous porter encore un peu plus loin. » Après la victoire de l’équipage de Luffy sur le CP9, le Vogue Merry vient de lui-même les sauver du Buster Call. C’est à ce moment-là que le bateau arrive à la fin de sa vie2. L’équipage décide alors de brûler le bateau au milieu de la mer, tandis que la voix de Merry retentit aux oreilles de tous, leur disant que le bateau était désolé de ne pas avoir pu les mener plus loin. Usopp n’assistera pas « personnellement » à la cérémonie, il assistera à la scène sous le nom du Roi Dutir / Sogeking (même si la plupart savent que c’est Usopp, Chopper et Luffy seront les seuls à croire à ce mensonge).

Source : Wikipédia

[/learn_more]


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

Follow Me on Pinterest


Cosplay du jour à deviner

 

Nous restons dans le ton après l’interview d’ Eiichiro Oda ! Et une fois n’est pas coutume Akatsuki Tsukasa nous éblouit avec une superbe incarnation de la meilleure des navigatrices ! Pourtant la concurrence se fait rude avec le cosplay américain de Flamming-Goddess:

La suite dans la galerie d’images :

[learn_more caption= »Qu’est-ce que le cosplay ? »]

Qu’est-ce que le cosplay ?
Le cosplay est un terme composé des mots anglais « costume » et « playing »/ Le cosplay consiste à jouer le rôle de ses personnages (héros de mangas, d’animation japonaise, de films, de jeux vidéo ou encore de comics) en imitant leur costume et d’une manière générale leur apparence entière ainsi que leur personnalité, leur caractère pour jouer d’une manière déterminante le personnage. On appelle les pratiquants « des cosplayers ». Le terme costumade a été proposé par l’Office québécois de la langue française en février 2010 pour traduire cosplay (« activité consistant à se costumer en personnage de fiction… »). Mais, en France, la définition officielle de ce mot publiée, en octobre 2011, par l’Académie française concerne uniquement le rassemblement occasionné par cette activité1. Les termes costumadier et costumédien ont aussi été proposés par l’OQLF comme équivalents français de cosplayer au cours du même mois.

Très courante au Japon, cette pratique n’est pas rare aux États-Unis ou en Europe lors des conventions et autres festivals de mangas comme Japan Expo ou Paris Manga. Il semble que cette pratique soit née aux États-Unis, créée originellement par les fans de Star Trek puis de Star Wars qui se costumaient en personnage pour la sortie des films. Le phénomène a connu une très grande expansion au Japon, pays qui organise désormais un évènement international, à savoir le « World Cosplay Summit » à l’initiative de Aichi Television Broadcasting.

[/learn_more]
Source : deviantART / Akatsuki Tsukasa


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

Follow Me on Pinterest


Les zombies d’André de Freitas

 

 

Halloween est passé depuis belle lurette mais nous ne pouvions nous empêcher de mettre une dernière série de héros tels Luffy, Ryu ou Raphaelo transformés pour l’occasion. « D’horribles illustrations » signées André de Freitas.

 

 

 

 

Source : André de Freitas


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

 

Latte art par Mattsun

 

Mattsun est sans conteste l’un des plus talentueux artiste dans son domaine : le Latte Art ! Cela consiste à reproduire des  formes connus ou des personnages, objets etc dans votre tasse de café. Et comme des images valent mieux que des mots, je vous laisse admirer les créations de Mattsun et d’autres artistes :

 

 

Galerie d’images :

 

 

Source : Twitter de Mattsun


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

 

Homer Simpson version manga et autres illustrations de Njoo

 

L’artiste Njoo a réussi le tour de force de transformer le célèbre mangeur de donuts en personnage de manga. Un Homer méconnaissable qui rigole pas quand il s’agit de Duff :). En prime, quelques illustrations de l’artiste issues de son Devian Art.

 

 

 

 

Source : son Devian Art

 


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂

 

[3/07]Le kiosque de la semaine

 

 

Vous êtes fin prêt pour affronter Japan Expo ? Alors attendez-vous à découvrir de petites perles, soigneusement sélectionnées par vos éditeurs préférés 😉

 

 

Pretty Guardian Sailor Moon T.1
Naoko Takeuchi / Pika

Usagi Tsukino, collégienne de 14 ans, est une jeune fille dynamique, enthousiaste et particulièrement tête-en-l’air. Un matin, alors qu’elle est en retard pour aller en cours, elle fait la rencontre de Luna, un chat venu de la lune qui a la capacité de parler. Sa vie prend alors un tournant inattendu lorsque celui-ci lui remet un pendentif qui lui permet de se transformer en Sailor Moon, une super héroïne qui combat pour l’amour et la justice.

 

 

Codename Sailor V T.1
Naoko Takeuchi / Pika

Dynamique et enjouée, Minako Aino brille par son talent en sport, mais beaucoup moins dans ses études ! Comme toutes les adolescentes, elle s’intéresse essentiellement aux histoires de coeur… jusqu’à ce qu’elle rencontre Artemis, un chat bien mystérieux, qui va changer son destin : il lui révèle qu’elle est en réalité une guerrière née sous la protection de Vénus et qu’elle a pour mission de faire régner la paix et la justice. En ouvrant son poudrier magique, elle se transforme en Sailor V, la justicière en uniforme ! Elle doit désormais défendre la Terre contre des ennemis qui veulent asservir puis faire disparaître le genre humain.

 

 

Bleach Memories of Nobody (one shot)
Tite Kubo / Glénat

Avis aux fans de Tite Kubo, voici une aventure inédite de Bleach en un seul volume et tout en couleurs ! En effet, après One Piece, Glenat Manga se lance dans l’édition des anime comics issus des quatre films de Bleach. Chacun représente une histoire inédite, où l’on retrouve tous les héros de la série culte, face à de nouveaux adversaires ! Le dispositif d’alerte de Soul society est à son niveau maximum et toutes les équipes sont mobilisées. Le monde est tout simplement menacé de destruction par un mystérieux groupe qui se fait appeler les Dark One, mené par un certain Ganryu ! Ichigo et Rukia n’ont qu’une heure et pas une seconde de plus pour déjouer cette menace.

 

 

Bleach Official Bootleg
Tite Kubo / Glénat

Glénat Manga célèbre la série Bleach cette année ! Dans ce contexte, nous sommes heureux de proposer le Bleach Official Bootleg. Ce livre donne le détail des différents acteurs de Soul Society et des 13 divisions à l’instar d’un guide book. Mais, il contient aussi 72 pages couleurs de séquences bonus où l’auteur joue avec son univers et ses personnages. Sorti en 2007 au Japon, cet ouvrage indispensable est un recueil drôle et plein de fraîcheur qui amène finalement à considérer Tite Kubo sous un jour totalement nouveau !

 

 

Bus Gamer T.1
Kazuya Minekura / Tonkam

Toki, Nobuto et Kazuo se sont engagés dans un jeu dangereux : le Bus Game. Ils forment l’équipe “AAA”, dite “no name”. Dans ce jeu, deux équipes de trois personnes s’affrontent pour récupérer par tous les moyens une disquette contenant des documents secrets concernant de grandes entreprises. Les sociétés multimilliardaires se font ainsi la guerre en envoyant de jeunes gens braver la mort en échange de grosse sommes d’argent. Mais une fois qu’on a mis un pied dans le Bus Game, il est impossible de revenir en arrière…

 

 

Chocolate Girl T.1
Yuki Yoshihara / Soleil

Kyouko n’a pas sa langue dans sa poche et son extrême franchise devient un vrai souci dans son travail d’agent de star. À deux doigts du licenciement, on lui confie une ultime mission présumée impossible : obtenir la signature de Riku, un jeune acteur de théâtre dont la réputation est de ne jamais sourire. Entre la jeune femme effrontée et le jeune homme au visage figé, commence une histoire des plus… chocolatées !

 

 

Hadès T.1
Shô Aimoto / Delcourt

Timide, maladroit et décalé, le nouvel infirmier du collège Tokofushi est aussi particulièrement effrayant. Avec son visage livide et couturé d’étranges cicatrices, personne n’ose l’approcher. Jusqu’au jour où trois copains vont découvrir son incroyable secret… Monsieur Hadès est en réalité un éminent chasseur de psycho-démons doté d’incroyables pouvoirs !!

 

 

Hiyokoi T.1
Moe Yukimaru / Panini Manga

D’un côté, prenez Hiyori, une jolie lycéenne craintive, hypersensible et complexée. Du haut de ses 1m40, elle retourne courageusement en classe après un an d’absence (elle a été hospitalisée suite à un grave accident). De l’autre, le très populaire Hirose. Apprécié de tous ses camarades, il domine le lycée de ses 1m90. Mettez-les dans la même classe et vous obtiendrez un joli petit couple que tout sépare. Le jour et la nuit !

 

 

Kimi no Knife T.1
Yua Kotegawa / Panini Manga

Shiki est professeur de collège. C’est un citoyen honnête, un homme serviable… un homme bien sous tous rapports. De gros problèmes d’argent ternissent cependant le tableau. Une nuit, dans un bar, il rencontre une femme qui lui offre 5 millions de yens pour assassiner un homme. En proie aux doutes, Shiki finit cependant par accepter mais à une condition : il ne tuera que des criminels…

 

 

Les enfants d’Agartha T.1
Asahi Hidaka – Makoto Shinkai / Kazé manga

À Agartha, le monde des profondeurs, Shun et Shin grandissent dans un paisible village. Mais lorsque son frère décide de faire un voyage sans retour pour le monde d’en haut, la vie de Shin bascule… À cause de Shun, des humains de la surface se sont introduits à Agartha, et c’est à lui qu’il revient désormais de leur reprendre le cristal de Clavis qu’ils ont dérobé. Quitte à les tuer.

 

 

Paradis Secret T.1
Aya Shoôto / Soleil

Le jeune Ryô est un lycéen timide et manquant d’assurance. Il se sent attiré par Minato, un garçon de la haute société et populaire auprès de tous. Ce dernier lui exprime d’ailleurs une amitié sincère, ce qui n’est visiblement pas du goût de ses intendants, appelés les « Trois frères démoniaques ». Ils sont prêts à toutes les intimidations physiques pour éloigner leur maître de Ryô, qu’ils considèrent comme un intrus.

 

 

Secret’R en RTT T.1
Haruki / Soleil

Retrouvez nos quatre secrétaires de choc dans de nouvelles aventures où se mêle-ront leurs passés, leurs voyages en groupe et différentes «missions» en tout genre. Mais même en RTT, le travail avant tout !

 

 

The Mystic Archives of Dantalian T.1
Chako Abeno / Soleil

Huey a hérité de son grand-père, le vicomte Disward, sa fortune et une bibliothèque mystique renfermant des livres aux pouvoirs démoniaques. Mais cet héritage s’accompagne d’une lourde tache. il va devoir faire équipe avec la gardienne des archives, la ténébreuse Dariane, pour retrouver les livres manquants. leurs pouvoirs respectifs vont ainsi leur permettre de faire face à de nombreuses menaces…

 

 

Time Killers T.1
Kazue Katô / Kazé manga

Ce recueil de nouvelles présente les « travaux de jeunesse » de Kazue Katô, auteur de Blue Exorcist. En 235 pages agrémentées de bonus et de passages en couleur, l’auteur développe son univers et son style graphique, donnant l’occasion à ses fans de la voir s’essayer à des genres aussi variés que la comédie, la science-fiction et même le western. Pour conclure cette rétrospective, le recueil s’achève sur le pilote de Blue Exorcist, première apparition dans le magazine Jump SQ des éléments qui feront plus tard le succès de la série.

 

 

A Certain Magical Index T.1 et T.2
Chuya Kogino – Kazuma Kamachi / Ki-oon

Tôma est victime d’une mauvaise blague jouée par le destin : il dispose d’un don extraordinaire, celui d’annuler tout pouvoir surnaturel. Mais dans la Cité Académique, la ville fourmillante d’étudiants en sciences occultes où il vit, cette capacité pourtant incroyable ne lui attire aucune estime. Comble de l’ironie, à chaque fois qu’il utilise son pouvoir, une terrible malchance s’acharne sur lui ! C’est peut-être cette malédiction qui lui fait croiser le chemin d’Index, une jeune nonne poursuivie par d’inquiétants magiciens. Étrange mélange de courage et de naïveté, Index a mémorisé 103 000 ouvrages de sorcellerie interdits pour le compte de l’Église. Fragilisée sans le savoir par les secrets qu’elle abrite, la jeune fille est sur le point de voir se refermer sur elle un piège mortel. Science ou magie, qui l’emportera ?

 

 

Piece T.1 et T.2
Hinako Ashihara / Kana

Haruka décède brusquement. Elle a 19 ans. Ses camarades de lycées se retrouvent pour son enterrement. Personne ne connaissait vraiment cette jeune fille trop discrète. Mais qui était-elle ? Trois anciens étudiants vont se rassembler et chercher à percer le mystère qui entoure la vie de Haruka et sa fin tragique. Leurs propres doutes vont faire surface. Arriveront-ils à donner un sens à leur vie ?

 

 

Red Raven T.1 et T.2
Shinta Fujimoto / Kana

Les familles de la mafia sont devenues les garants de l’ordre dans chaque région du pays à la place du gouvernement ! Mais la mafia reste la mafia. Pour éviter que certains membres ne provoquent le chaos, le gouvernement a mis en place les « Red Raven », des agents habilités à appliquer immédiatement et sans jugement une sentence de mort ! L’un d’eux, Andy, possède une arme expérimentale greffée à son œil et utilise une guillotine comme instrument d’exécution. Parallèlement, les « Red Raven » devront tout faire pour démanteler un trafic d’armes expérimentales appelées « Sccaggs ».

 

 

Bonne Année 2012 !

Toute l’équie de Manga.Tv vous souhaite une bonne et heureuse année ! 明けましておめでとう !

Souhaitons que cette nouvelle année soit riche en One Piece, Naruto, Bleach et tous les autres mangas/animes qui nous font rêver ^_^. En espérant que la fin du monde soit reportée à une autre année…

Bienvenue en 2012 !!