Shonen, Shojo, Seinen, pourquoi suivre la classification japonaise ? – podcast de Manga.Tv – La 5e de couv’ #5DC – Saison 2 Episode 4 – 2/2

podcast manga tv la 5e de couv s02 black butler shonen manga pour fille

Black Butler, RebornPandora Heart, Karneval, tous ces shonen manga sont-ils des  mangas à destination de la gente féminine ? N’y a-t-il pas un problème dans la segmentation japonaise que l’on retranscrit en France ? Après 15 min de débat fouillis, Max, Flavien, Julie et Johnny tente de trouver la réponse dans le podcast de Manga.Tv, La 5e de Couv’ ! Pour rappel, One Piece est lu à 55% par des jeunes filles …

 

S’abonner au flux rss   S’abonner sur Itunes

manga tv podcast abonnement RSS                        manga tv podcast abonnement itunes

S’abonner sur SoundCloud

manga tv podcast soundcloud la 5e de couv 250

 

Black Butler est-il un shonen manga pour fille ?
Et si on arrêtait dans un premier temps de parler de shonen, de shojo, de seinen, de young seinen, etc. Si on parlait de thriller, de comédie romantique, de manga d’action ?
A trop vouloir reproduire le système japonais ne finirons-nous pas, par perdre notre manga…?
Entre les shonen (litteralement jeune garçon) qui sont lus majoritairement par un public féminin comme Black Butler ou Servamp, un manga au découpage ambivalent, les classifications japonaises des mangas ont-elles du sens en France ?

Une blague pourrie qui vous gêne ? Un avis qui vous choque ? Un faux raccord dans le son ? Faites-le nous savoir :

#5DC, le blog, le facebook, le G+ (si y a encore des gens dessus…), Youtube

Devenir mangaka… aux U.S.A. ?

C’est possible !

L’éditeur américain Yen Press lance de nouveau un appel aux jeunes talents bédéistes, plutôt influencés par les manga/manhwa et autres bd asiatiques qui constituent le principal catalogue de l’éditeur, à savoir : Soul Eater, Black Butler, Yotsuba&!, Pandora Hearts ou encore K-on! par exemple.

Que devez-vous faire pour soumettre votre inscription ?
Vous avez jusqu’au 31 mars 2012 pour réaliser une courte histoire de 32 pages finie. En d’autres termes, un one shot original achevée en 32 pages. L’histoire doit être « inédite », c’est-à-dire créée entre aujourd’hui et le 31 mars, vous ne devez pas avoir été publié avant par exemple. Ainsi, le personnel éditorial de Yen Press pourra se faire une idée de ce que « vous êtes en mesure de respecter avec des délais impartis ».

Cet appel est destiné à tout créateur non-publié « prêt à travailler à un niveau professionnel ». Les blogueurs et blogueuses bd/manga ainsi que les artistes auto-publiés peuvent aussi soumettre leur inscription qui n’est d’ailleurs pas exclusive aux américains puisque les auteurs d’Europe, d’Asie, d’Amérique du Sud et autres contrées connues ou inconnues sont également invités à proposer leurs œuvres !

Toutes les modalités d’inscriptions se trouvent à cette adresse : New Talent Search 2011-2012.

 

Si vous êtes sélectionné, vous serez contacté avant le 30 avril 2012 pour être publié dans le magazine de prépublication Yen Plus magazine*, voir une publication reliée si le titre fait ses preuves à l’instar de Maximum Ride et NightSchool (tous deux édités en France chez Le Lombard). Pour ces deux dernières séries, 4 tomes reliées sont parus à ce jour et 6 autres sont déjà prévus pour Maximum Ride ! Ce Global Manga n’est autre que l’adaptation de la célèbre série de romans éponymes de James Patterson (éditée en France par Hachette). Une adaptation cinématographique est aussi en projet pour 2013.

*Yen Plus est un magazine mensuel de prépublication de manga, de manhwa et de Global Manga d’origine anglophone ( Original English-language, OEL) publiée par Yen Press. Le premier numéro fut en vente en Juillet 2008, avec 5 titres manga initialement publié par Gangan Comics, 4 titres de manhwa, et 2 titres de Global Manga OEL. Le magazine compile plus de 450 pages se lisant d’une part de droite à gauche pour les titres de manga, et de gauche à droite pour les manhwa et les titres Global Manga OEL. De ce fait, le magazine possède deux couvertures distinctes. La publication papier s’est arrêtée en Juillet 2010, le magazine est maintenant publié en ligne chaque mois.

 

Artistes en herbe, tentez votre chance !

L’auteure de Pandora Hearts à Japan Expo !

Vous ne rêvez pas ! Jun Mochizuki, l’auteure de Pandora Hearts, sera présente lors de la Japan Expo du 1er au 4 juillet !

C’est en effet ce qu’annonce Ki-oon sur son site web ! Jeune dessinatrice, Jun Mochizuki signe avec Pandora Hearts sa première longue série qui connaît dès sa sortie au Japon un grand succès. Succès renforcé peu après avec une adaptation animée en 2009.

Faisant d’une pierre, deux coup, Ki-oon lance les 2 premiers volumes de Pandora Hearts pour la Japan Expo, l’occasion d’obtenir une dédicace exclusive de l’auteur pour bien débuter cette série mélangeant fantastique et mystère sur fond d’enquête surnaturelle.

Résumé : “Oz Vessalius, 15 ans, est l’héritier d’un des quatre grands duchés du pays. Le jour de sa cérémonie de passage à l’âge adulte, des bourreaux masqués le précipitent dans un monde sombre et confus, l’Abysse, pour un crime dont il ignore tout.
Dans cette prison à l’écart du temps, il rencontre Alice, une jeune fille aux pouvoirs mystérieux, qui lui propose de nouer un pacte pour l’arracher à ce cauchemar. Mais l’organisation secrète Pandora, qui a pour mission de lever le voile sur les mystères de l’Abysse, attend son retour de pied ferme…”

Mage

Ki-oon

Site officiel : http://www.ki-oon.com/

C’est au cours d’un long séjour au Japon que Cécile Pournin et Ahmed Agne ont une révélation : ils seront éditeurs de mangas ! De retour en France, le rêve se concrétise très vite avec la création de la maison d’édition Ki-oon – une onomatopée japonaise qui signifie « avoir le cœur gonflé d’émotion » – lancée en 2003.

Cet éditeur indépendant privilégie le manga de l’imaginaire : de l’heroïc fantasy avec Superior, au folklore traditionnel japonais de Kamisama, en passant par l’adaptation de jeux de rôle (RPG) comme Tales of Symphonia ou le thriller haletant comme Doubt. Ki-oon vise aussi bien un public adulte et de jeunes adultes, en publiant des titres seinen comme Jackals ou Übel Blatt, qu’un public plus jeune avec des shônen comme Witch Hunter et Artelier Collection.

L’éditeur fait ses débuts en revenant aux bases du métier d’éditeur : aller à la rencontre des auteurs ! C’est ainsi que leur premier titre, publié dès 2004, Element Line de Mamiya Takizaki, est le résultat d’une recherche fructueuse au sein du Comiket (la plus grande convention du manga et de l’anime au monde, qui se déroule à Tôkyô deux fois par an). C’est en arpentant les allées sans fin regorgeant de mangaka amateurs venus présenter leurs œuvres que Cécile Pournin et Ahmed Agne, servis par une bonne maîtrise de la langue japonaise, découvrent l’œuvre très originale de cette jeune mangaka.
Mais c’est sur Internet qu’Ahmed et Cécile repèrent celui qui deviendra leur coup de cœur : Tetsuya Tsutsui. Alors qu’ils prospectaient sur la toile, ils tombent sur le site de l’auteur, qui présentait plusieurs pages de son titre Duds Hunt, et parviennent à le publier en France avant même qu’il soit édité au Japon !

Tetsuya Tsutsui est l’auteur qui permit à Ki-oon de devenir l’éditeur qu’il est aujourd’hui. En effet, peu après avoir été publié en France, l’auteur est recruté par le éditeur Square Enix, ce qui se révélera bénéfique puisque voulant suivre leur auteur jusqu’au bout, Cécile et Ahmed iront frapper à la porte de Square Enix (détenteur des franchises Dragon Quest et Final Fantasy) pour négocier les licences de ses nouveaux titres. Impressionné par tant de professionnalisme, Square Enix qui commençait tout juste à vendre ses licences manga sur le marché français, sélectionne Ki-oon comme partenaire en Europe. Selon Cécile Pournin : « Square Enix avait visiblement décidé de se fier à d’autres critères que des critères financiers objectifs ». Une aubaine pour un jeune éditeur Ki-oon fraîchement arrivé sur un marché déjà très largement occupé.

C’est alors une véritable déferlante de titres de qualité qui arrive en France via Ki-oon tels que la série Übel Blatt : une incroyable saga de dark fantasy qui, notamment grâce au bouche à oreille, est aujourd’hui devenue l’une des références du genre, en propulsant par la même occasion Ki-oon dans la cours des grands ! De la même manière, Jackals de Shinya Murata et Kim Byung-jin, un manga explosif associant guerre des gangs et tueurs à gages, a reçu un accueil chaleureux du public.

En 2010, Ki-oon frappe un grand coup avec Pandora Hearts de Jun Mochizuki, la mangaka vedette de Square Enix. Un titre dont le scénario complexe et captivant est admirablement servi par un graphisme travaillé, délicieusement inspiré de l’époque victorienne. À n’en pas douter, une des licences les plus attendues par les fans français !

En 2012, l’éditeur publie sa première création manga originale, c’est-à-dire que ce n’est pas un rachat de licence aux Japonais mais bel et bien un titre avec Ki-oon aux commandes : Prophecy de leur auteur fétiche Tetsuya Tsutui. Le tome 1 s’impose comme le meilleur démarrage de manga en terme de vente ainsi que leur nouvelle série dark fantasy The Arms Peddler qui prends la 2e place.
En l’espace de neuf ans, Ki-oon a su se faire une place sur le marché français et obtenir la reconnaissance du public, devenu beaucoup plus exigeant face à un secteur toujours plus productif chaque année.

 


 

 


Le site est encore en bêta-test. Merci de nous aider à l’améliorer en nous signalant les bugs éventuels 🙂