100 jours d’animation – L’anime du jour #8 – Kiznaiver

On entame cette deuxième semaine des 100 jours d’animation avec l’anime Kiznaiver. Sorti l’année dernière en printemps, Kiznaiver est un anime réalisé par Kobayashi Hiroshi.

Insensible à la douleur, Katsuhira Akata est souvent amené à se faire embêter. Habitant dans la ville de Sugomori, cette dernière a été construite dans le but de mener une expérience révolutionnaire, le système Kizuna. Cette expérience consiste à lier les émotions et les douleurs à autrui afin qu’il puisse connaître le ressenti de ce dernier. Katsuhira, ainsi que six autres lycéens se retrouvent embarqués dans cette étrange histoire en tant que cobayes. Ce groupe de lycéen n’a pourtant aucun lien, ils ne sont pas amis, ils ne fréquentent pas, c’est à peine s’il se connaissent. Cependant, à partir de maintenant, ils ont tous en point commun, le système Kizuna…

Kiznaiver est un anime d’un beauté somptueuse, aussi bien au niveau du scénario que psychologiquement parlant. Kobayashi Hiroshi propose une solution à une idée assez utopique, celle de la paix dans le monde dont la solution serait le système Kizuna. À travers les sept lycéen, on découvrira leur quête vers le bonheur malgré leurs différences et leur souffrance. Au fil de l’anime, on se sent impliqué dans leur histoire, on ressent toute sorte de sentiments, en passant de la joie à la tristesse et même par la colère. On nous entraîne dans un ascenseur émotionnel, c’est sans doute pour cela que cette anime est à voir sans hésitation. Plongez dans le quotidien de Katsuhira et ses camarades à la recherche du bonheur…

Rendez-vous sur Wakanim, pour visionner les épisodes de Kiznaiver.

 

 

100 jours d’animation – L’anime du jour #7 – The Blossom Man

The Blossom Man est l’anime que nous vous proposons de découvrir en ce septième jour dédié à l’animation japonaise. Réalisé en 1928, par Yasuji Murata, The Blossom Man est l’adaptation d’un très célèbre conte folklorique japonais intitulé Hanasaka Jii-san.

La fable conte l’histoire d’une famille d’agriculteur et de leur chien, un peu spécial. Ce dernier s’amusait à creuser, lorsque tout à coup, il se mit à aboyer en agitant la queue. Ses maîtres, pensant qu’il avait trouvé de la nourriture, n’imaginaient pas ce qu’il y avait à l’intérieur du trou. Une énorme quantité de pièces d’or surgit du trou. Jaloux face au butin acquis, leur voisin décide d’emprunter le chien afin qu’il lui trouve un trésor similaire. Cependant, le chien ne reniflera pas de l’or mais un vase rempli de cadavres de grenouilles et de serpents. Fou de rage, le voisin assassinera froidement l’animal, planté plus tard au pied d’un sapin. Dès lors, d’étranges phénomènes se produiront en faveur de la famille d’agriculteur mais aussi au grand malheur du voisin…

Comme de nombreux à la fin, il y a une morale, en l’occurrence ici, il s’agit de montrer que la cruauté et la cupidité n’amèneront rien de bon, au contraire. Les traits sont grossis, humour est fortement présent se tranformant peu à peu en ironie. La plupart des premiers films d’animation, ont été réalisé  dans le but de transmettre une morale à travers l’humour ou alors réalisé en tant que film de propagande. L’une des choses dont on peut se rappeler, c’est qu’au final, le voisin avait bien cherché ce qui lui est arrivé…

Cliquez sur ici, si vous voulez regarder l’adaptation du célèbre conte Hanasaka Jii-san.

100 jours d’animation – L’anime du jour #6 – Full Metal Alchemist

L’anime de ce sixième jour n’est autre que Full Metal Alchemist, l’anime est l’adaptation du manga éponyme d’Arakawa Hiromu paru en 2002. L’adaptation, quant à elle verra le jour en 2003. Elle comptera deux séries indépendantes l’une de l’autre. La première, avec 51 épisodes, intitulée Full Metal Alchemist. La deuxième, réalisé en 2009,  Full Metal Alchemist : Brotherhood, constituée de 64 épisodes.

Suite au décès tragique de leur chère et tendre mère, Edward et Alphonse Elric ont décidés de la ressusciter à l’aide l’alchimie. Cette technique scientifique consiste à changer la structure d’une matière en une autre de même valeur. En effet, cette dernière est soumise à une loi fondamentale, celle de l’échange équivalent. Pour obtenir quelque chose, il faut obligatoirement en abandonner une autre. Pensant n’avoir plus rien à perdre, les frères Elric se lance dans cette sombre expérience. Causant ainsi, la perte du corps d’Alphonse ainsi que le bras droit et la jambe gauche d’Edward. Pour sauver son jeune frère Al, Ed scellera l’âme de ce dernier dans une armure. Dans le but de retrouver leurs membres perdus, les frères Elric partiront à la recherche de la pierre philosophale. Connue pour ne pas obéir à la règle de l’échange équivalent, la pierre philosophale est extrêmement convoitée pour ses pouvoir surpassant l’imagination humaine. La route s’annonce longue et difficile pour Edward et Alphonse, aussi bien physiquement que mentalement…

Full Metal Alchemist démontre un lien fraternel infaillible. Âgés respectivement de 16 et 15 ans, Ed et Al bravent tous les danger. L’originalité de l’oeuvre d’Arakawa fait de Full Metal Alchemist, une perle de l’animation japonaise. De plus, l’anime est rempli de clin-d’oeil et références historiques ou même culturelles. Full Metal Alchemist est un oeuvre complète traitant de plusieurs thèmes, nous poussant même à certain moment à réfléchir sur questions sociales. Pour les personnes n’ayant pas encore vu cette anime, c’est sans doute l’occasion pour vous, de le démarrer sans plus tarder, vous ne serez pas déçu !

 

Retrouvez l’intégralité de la série sur Netflix.

100 jours d’animation – L’anime du jour #5 – A Wolf is a Wolf

L’oeuvre de ce cinquième jour est A Wolf is a Wolf. Ce film d’animation japonaise a été fait en 1931 par Yasuji Murata.

Nous suivons l’histoire d’un village rempli de petits animaux, vivant une vie paisible. Enfin, pas tout à fait, une menace constante pèse sur le village. Il s’agit d’un loup affamé, habitant tout en haut de la montagne. Un jour, un tanuki et une chèvre, décide de se rendre dans la forêt pour s’amuser. Après avoir mangé un bon repas, le loup passant par là, remarqua deux proies. La chèvre meurt sur le coup d’une crise cardiaque tandis que le tanuki prend la fuite. Cette nuit là, les villageois mirent au point un plan afin de vaincre le loup. Cependant, ce dernier est très méfiant, la tâche risque de s’annoncer difficile…

A Wolf is a Wolf est un film muet réalisé durant la seconde guerre mondiale. À la fin de ce court-métrage, une morale nous attendant. De plus, l’oeuvre de Murata nous propose une version animé de l’expression “malin comme un singe”. Il est fort intéressant de voir comment il revisite cette idée.

 
Vous pouvez le voir ici

100 jours d’animation – L’anime du jour #4 – Beelzebub

Aujourd’hui, nous vous invitons à découvrir l’oeuvre de Tamura RyuheiBeelzebub. L’adaptation du manga en anime a vu le jour en 2011, il comporte 60 épisodes disponibles sur ADN.

Violent, cruel et arrogant, Oga Tatsumi est connu pour être le délinquant le plus fort du lycée Ishiyama. Surnommé « le Fou Furieux », cette brute passe le clair de son temps à deux choses. La première s’occuper de Beezelbub, qui n’est autre que le bébé du roi des démons. Et la deuxième, se battre contre d’autre délinquant. Oga se voit obligé d’éduquer le diable en personne afin qu’il puisse détruire l’humanité dans les années à venir. Cependant, Oga n’est du tout intéressé par cette lourde responsabilité, il cherchera par tout les moyens à s’en débarrasser…

Beelzebub est anime à prendre à la légère, il ne faut pas chercher à réfléchir. Le côté décalé de la série nous amène à nous attacher au personnages. Certes, Beelzebub oscille entre humour et combat mais c’est sûrement cela qui fait la force de l’anime. Il se regarde facilement malgré les 60 épisodes, vous ne les verrez pas passer. N’hésitez plus et lancez vous dans les aventures d’Oga Tatsumi devenu le « père » du diable !

100 jours d’animation – L’anime du jour #3- The Lazy Fox

On continue les découvertes en ce troisième jour avec The Lazy FoxCe film d’animation dure 11 minutes et a été produit par Sanae Yamamoto en 1941.

On suit l’histoire d’un renard faisant la fête durant le printemps tandis qu’une famille de chiens viverrin s’occupe d’entretenir leur champ afin d’avoir des réserves de nourriture pour l’hiver. La période glaciale arrivant à grand à pas, le renard se retrouve très vite à court de nourriture. Affamé, ce dernier met en place un plan machiavélique afin d’acquérir de la nourriture en particulier celle de ses voisins, les chiens viverrin. Dès lors, un combat éclate entre eux. Qui du renard ou du chien viverrin sortira vainqueur de conflit ?

Dans ce film muet, on a l’impression de retrouver une fable de La Fontaine, avec une morale à la fin. On voit bien à travers le renard, une personne fêtard, voleur, utilisant sa « force » pour acquérir ce qu’il souhaite sans fournir d’effort. Alors qu’à travers la famille de chiens viverrin, on voit des personnes travaillant ardemment dans le seul but de vivre une petite vie tranquille, certes ce n’est pas toujours facile mais au final en s’entraidant, ils arrivent à joindre les deux bouts. La morale de The Lazy Fox, pourrait être « on n’a rien, sans rien ».

Pour visionner The Lazy Fox, rendez-vous ici.

100 jours d’animation – L’anime du jour #2 – Donten ni warau

En ce deuxième jour des 100 ans de l’animation japonaise, on vous propose de découvrir Donten ni WarauCette anime date de 2014, il s’agit de l’adaptation du manga du même nom de Karakara Kemuri.

Le Japon sort tout juste d’une rude période de révolution. La onzième année de l’ère Meiji marque le début de l’époque des Lumières. S’inspirant des innovations des occidentaux, le Japon bâti de nouveaux bâtiments allant même jusqu’à adapter le code vestimentaire occidental. Avec l’interdiction du port du sabre, les derniers samouraï, insatisfait de cette décision non plus d’autre choix que de devenir des criminels, cherchant à tout prix à faire tomber le gouvernement. Pour contrecarrer cela, le gouvernement fait appel au clan Kumo, constitué de trois frères,  Tenka, Soramaru et Chuutarou, chargé de conduire les criminels dans la plus grande prison du Japon, le Gokumonjo. Cependant, une sombre légende plane dans leur village, celle d’Orochi, les trois frères vont se retrouver impliqués dans cette histoire malgré eux…

Suivez le puissant lien fraternel qui unit Tenka, Soramaru et Chuutarou, à travers leurs aventures. Mêlant humour et tragédie, Donten ni Warau joue parfaitement avec nos émotions. On découvre peu à peu les atrocités que cache le gouvernement dans la prison du Gokumonjo. Malgré ça, l’anime nous pousse à garder le sourire, peu importe ce qui se passe l’important est de sourire car au final après la pluie vient le beau temps !