Jour 7 – Kyoto – Palais impérial – La Loose

Loose totale.

voyage-japon-vu-de-la-terre-Kyoto-ichi-manga.tv (1)

L’itinérant doit toujours compter une journée sans. Sans rien du tout.

Rien ne se passe comme prévu. Les journées de loose totale sont souvent gravées dans la mémoire car c’est dans ces cas là que l’on apprend de ces erreurs pour ne surtout pas les répéter plus tard.

Cela commence toujours par un petit détail qui monte en crescendo jusqu’à l’apothéose de la loose.

Ce petit rien qui fait que tout chamboule, est peut-être l’oubli d’argent dans une guest-house alors que le bus est là devant vous, les portes ouvertes à attendre que vous montiez, mais vous n’avez pas d’argent pour payer un ticket. Et au Japon, pas de ticket, pas de bus.

voyage-japon-vu-de-la-terre-Kyoto-ichi-manga.tv (2)

Et on monte progressivement, l’oubli de faire une réservation pour le Palais Impérial de Kyoto qui vous réduit à l’impuissance devant l’entrée du portail principal alors que le jardin impérial compte plusieurs kilomètres de routes à son actif.

voyage-japon-vu-de-la-terre-Kyoto-ichi-manga.tv (5)

Une grande porte en bois fermée avec un panneau « No reservation, no enter » peut vite en décourager plus d’un.

En rajoutant à cela, une petite pluie fine qui commence à tomber, plus la fatigue de la marche, la loose s’intensifie.

Le Nijo-jô (Chateau Nijô) s’avère être payant, une chose que la loose avait prévu, elle. La visite se faisant sans encombre, la surprise est de voir que les japonais de l’époque avaient tout prévu pendant la construction de ce château, jusqu’au plancher grinçant (ou sifflant pour certains) pour détecter la présence d’intrus, voir d’ennemis qui tenteraient de tuer le suzerain dans son sommeil.

La loose sait aussi saisir les opportunités en faisant pleuvoir des cordes au moment même de visiter le Kinkaku-Ji (Palais d’Or) sur-blindé de cars de touriste chinois venus exprès le contempler de près (voir de trop près).

La vue n’est pas si dégagée que ça… Une autre couche de loose.

Jamais elle ne s’arrête ? A quoi bon …

Pourtant le Ryoan-Ji s’avère être un bon catalyseur qui protège les personnes qui rentrent dans son enceinte. Un bol d’air dans une journée étouffante.

On ne peut que se demander quels ont été les signes précurseurs de cette loose totale… il n’y en a aucun.

Une sorte de fatalité qui conduit à des évènements assez improbables. Le Gion Matsuri en fait partie.

voyage-japon-vu-de-la-terre-Kyoto-ichi-manga.tv (24)

La loose conduit inexorablement à la chance. Elle ne peut pas être totale si elle n’exploite pas son bon coté.

Se retrouver en plein Matsuri (festival en japonais), voir des filles en yukata, des maikos, et des petits stands de bouffes et de jeux, c’est avoir un peu de pot.

Comme quoi, parfois, avoir la loose ça a du bon.

voyage-japon-vu-de-la-terre-Kyoto-ichi-manga.tv (31)

 

 

 

Authored by: ichi

Casse cou du monde moderne, véritable touche à tout et blagueur impénitent. Co-Fondateur de Manga.tv et dévoreur de manga pendant son temps libre - Quand il en a-.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *