Black Dawn (gaiji keisatsu sono otoko ni damasereruna ) – Ne te fie à personne

Black Dawn un film de Kentaro Horikirizono (2012), prix presse festival Kinotayo 2013.

©2012 "BLACK DAWN" FILM PARTNERS

atsuro watabe kang-woo kim yoko maki black dawn horikirizono

Avec Atsuro Watabe, Kang-Woo Kim, Yoko Maki, Machiko Ono, 129min.

Le ciel se couvre

atsuro watabe kang-woo kim yoko maki black down horikirizono

©2012 « BLACK DAWN » FILM PARTNERS

Quand le spectre du nucléaire militaire rôde autour du Japon et lorsque de l’uranium transite entre les deux Corée on peut s’attendre à un gros Boom.

Black down est un film d’espionnage produit par la Toei qui met en scène deux espions (joués par Atsuro Watabe et Kang-Woo Kim) qui vont tenter de sauver leur propres pays, pour quelques raisons obscures. Le NIS (agence Sud-Coréenne) et la « gaiji keisatsu » (brigade anti terroriste japonaise) se retournerons mutuellement la responsabilité d’une catastrophe nucléaire imminente poussant leurs agents à assumer seuls la menace atomique. Sur fond de manipulation individuelle ou plus globale, l’histoire nous emmène entre Séoul et Tokyo.

Le nuage s’assombrit

black-down-Kentaro Horikirizono-manga.Tv-kinotayo

Au delà d’une réalisation correcte l’histoire est très vite compréhensible car les éléments essentiels nous sont fournis dés la première séquence. On attend donc de voir de quelle façon les personnages vont interagir.

C’est à ce moment là que la prestation de Atsuro Watabe nous laisse perplexe. En effet l’officier Sumimoto reconnu comme manipulateur et policier borderline par la « gaiji keisatsu » ne correspond que difficilement à l’acteur Atsuro Watanabe. Ce dernier surjoue légèrement ce rôle de manipulateur de carrière. L’agent coréen joué par Kang Woo Kim est juste dans son rôle. Les présences féminines sont aussi là pour aider à l’intrigue malgré quelques clichés. Nous retrouvons donc Maki Yoko, toujours très belle, dans un rôle qui lui va plutôt bien. Si les tensions entre japonais et coréens sont évoquées elles ne restent abordées qu’en surface.

Un léger suspens nous tiens éveillé et la réalisation plutôt dynamique grâce aux gros plans ou à la prise de vue en caméra épaule, nous rappelle que nous sommes au cœur de l’action. Les teintes froides du film ainsi que les plans précis relèvent l’histoire même si la bande sonore, agrémentée de violons crée une ambiance plutôt lourde.

Après la tempête, le calme.

Ce film flirt donc entre des personnages qui se manipulent les uns et les autres mais jamais méchamment. On reste donc dans un état latent ou aucun complot ne nous surprend et ce, même à la fin. Peut être l’intérêt du film réside en cela et résume les relations de politique publique entre la Corée du sud et le Japon. C’est un film qui se laisse donc voir mais qui se retrouve plutôt loin du débat nucléaire qu’il soit civil ou militaire dans cette région de l’Asie.


Black Dawn par Kinotayo
L.M.

Authored by: chisaisan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *